paléo

Déjà des mystères en bonne voie de résolution !

Certains chercheurs à l’annonce de la sortie prochaine de ce livre ont mis les bouchées doubles afin de ne pas apparaître comme étant incapables de résoudre un problème… Hélas, leurs efforts, louables, n’ont pas suffit pour les exclure du livre !
Signalons ainsi quelques progrès récents qui ont bien failli « tuer » quelques chapitres !

  • Stradivarius : quel est le secret de son inimitable sonorité ? Une équipe internationale s’est attaquée à la composition du vernis et en a percé quelques secrets. Malheureusement, ces informations sont plus utiles aux conservateurs d’instruments qu’aux acousticiens.
  • Dunes : qu’est-ce qui fait chanter les sables du désert ? Le combat déjà rude entre trois ou quatre hypothèses s’est enrichi d’une nouvelle idée. Qui plus est elle a été proposée par l’une des équipes déjà en lice…  Ca se complique et les autres équipes affutent leurs arguments.
  • Nombres premiers : découvrira-t-on leur secret ? Deux mathématiciens français ont démontré un très joli résultat sur les nombres premiers. Il y a autant de nombres dont la somme des chiffres est paire que de nombres pour lesquelles elle est impaire. Ca ne résout pas tout le mystère mais cela montre que cet ensemble fascinant a bien l’air aléatoire.
  • Néandertal : a-t-il forniqué avec Cro-Magnon ? Et bien il y a un peu de Cro-magnon en nous . Mais bon le génome de Néandertal n’est pas encore tout à fait décrypté alors le mystère n’est pas dissipé !

Grâce à la réactivité de l’éditeur, ces dernières actualités ont pu être intégrées dans le livre.

Une autre est arrivée un peu tard.

A propos de « Bourse : Peut-on prévoir les krachs ? », le chercheur Didier Sornette de l’ETHZ a mouillé sa chemise. Il y a six mois il faisait quatre prédictions sur des bulles spéculatives. Mais il n’a rendu publiques ses résultats que le 3 mai dernier. Deux prédictions vraies sur quatre. Pas mal ! Il va continuer pour augmenter le nombre de prédictions.


Néandertal : a-t-il forniqué avec Cro-Magnon ?

Il semble bien que ces deux espèces aient quelques traits génétique en commun laissant penser qu’il s’est passé quelque chose entre eux.

Dinosaures : avaient-ils le sang chaud ou froid ?

Savoir si cette espèce avait un métabolisme de lézard (à sang froid) ou  d’ours (à sang chaud) pourrait renseigner sur la vie et la mort (soudaine) de ces animaux. Mais quand il ne reste que des os, l’enquête est difficile.